La vie à la campagne

Laviealacampagne0

Il y’a maintenant 2 ans et demi, j’ai décidé de faire ma vie au soleil. Ce que j’avais imaginé : la chaleur, l’hospitalité et la belle ambiance tropicale.

Alors petit bilan tardif …. J’ai eu tout ça mais ce que j’ai eu en plus c’est : la cambrousse ou la campagne, les fourmis, les araignées, les moustiques, les mout mout… la nature quoi… et les anecdotes du quotidien

Laviealacampagne

Laviealacampagne6

Laviealacampagne7

La première année j’étais occupée par ma petite dernière mais cela ne m’a pas empêchée de déprimer de temps en temps. La 2ème année je me suis occupée à des choses et d’autres : blog, nouvelles rencontres amicales, sorties à Douala, événements à Yaoundé, Sport à Douala etc…. Je n’ai pas vu le temps passer.

Cette 3ème année j’ai fait pause pour savourer : moins de sorties à Douala, plus de prise de conscience de mon environnement, des richesses de mon pays, tourisme, différents projets professionnels et toujours autant de belles rencontres …. c’est extraordinaire et très court en même temps. Le temps file à une vitesse terrible.

Laviealacampagne3

Laviealacampagne4

Laviealacampagne2

Pour les enfants, la campagne c’est quand même le bonheur, les découvertes, la liberté, et des petites occupations du quotidien. Car à la campagne maman travaille de la maison et s’absente très peu finalement. Elle fait beaucoup d’activités manuelles, tandis que papa ou les amis des parents s’occupent des activités de plein air : vélo, football, rugby, découverte florale, recherche de trésors dans le jardin…. Maman nous concocte des petits plats pour s’occuper et nous faire voyager vers d’autres destinations ….

Laviealacampagne11

Laviealacampagne8 Laviealacampagne9 Laviealacampagne10

Laviealacampagne13 Laviealacampagne14

Et de temps en temps elle nous dit d’aller jouer ailleurs car elle devient nostalgique des années parisiennes.

Laviealacampagne12

Je suis une éternelle positive dans l’âme. En toute situation, je cherche le côté positif. C’est ma manière d’être et de survivre en situation chaotique. Passer de la vie trépidante parisienne à la campagne ou cambrousse n’est pas aisée. On perd vite ses repères.

Le bilan ????? Bah, on s’adapte à notre environnement. Certaines choses vous manquent terriblement : le confort de la ville, les sorties, le cinéma, les copines, le shopping etc…. D’autres vous énervent prodigieusement : l’isolation, les insectes entre autres…

Parallèlement à tout ça le côté positif c’est si vous êtes sociable, si vous avez les moyens, et si vous n’êtes pas compliqués : vous rencontrez des gens fabuleux, vous découvrez des endroits extraordinaires et vous apprenez à vous passer des futilités (euh…. pour moi c’est peine perdue ce dernier cas)…Mais bon soyons honnêtes la vie à la campagne, vous apprend à ralentir, revenir quand même aux petites choses essentielles de la vie et à construire des projets pour quand vous reviendrez en ville … hi hi hi

Gazelle

Publicités

5 réflexions sur “La vie à la campagne

  1. Je vous suis avec beaucoup d’intérêt et trouve remarquable la faculté que vous avez à vous adapter à votre environnement et à en tirer le meilleur – j’ai failli dire la substantifique moelle.

    Pour avoir été expatrié dans des contrées pas très urbaines, j’ai vu beaucoup trop de femmes camerounaises s’ennuyer à mourir et incapables de savoir s’occuper. Je vous dis donc doublement bravo !

  2. Bonjour,

    Je lis avec attention vos posts sur Njombé car une offre professionnelle très intéressante s’y présente pour moi, à partir de janvier 2016. Je voulais avoir ton ressenti sur la sécurité à Njombé, notamment par rapport à Boko Haram. Parce qu’avec tout ce qu’on peut lire, ça fait réfléchir à deux fois avant de sauter le pas !

    Bravo pour vos témoignages et merci d’avance !

    • Bonjour Dianieli Fleur. Je vois juste ton message. Si tu as une proposition intéressante sur Njombé, n’hésite pas. C’est vrai que c’est un village mais au niveau professionnel on peut s’éclater dans la zone. De Douala jusqu’à Nkongsamba sur la route de l’ouest il n’y a pas de réel risque pour Boko Haram. Je touche du bois. Il y’a des barrages routiers et on se sent en sécurité. Le risque d’agression c’est lorsqu’on va en montagne pour une randonnée ou découverte et là c’est pas vraiment Boko Haram mais plutôt des bandits comme partout ailleurs. Mais bon là il y’a des astuces à connaître pour se sentir en sécurité et qui sont long à décrire ici. Et franchement c’est pas dans la zone de Njombé. Il faut s’éloigner des villes et vraiment s’isoler. Njombé est excellent surtout si on se fait des amis sur place. Il ne faut pas rester seule et si tu as des questions n’hésite pas à me contacter par mail tendanceetgazelle@gmail.com
      A bientôt

    • Est ce vous qui m’avez contacté par mail ? Si oui, je pense avoir donné une réponse déjà. A Njombé, pas de risques de Boko Haram actuellement. Les contrôles routiers sont faits à l’entrée et en sortie de la zone. Après au quotidien, au niveau sécurité, il faut juste respecter certaines règles, ne pas s’éloigner seul dans des endroits très reculés pour des randonnées par exemple vers les monts manengouba etc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s