Parler Camer

Camfranglais

 

Hey tout le monde !

J’ai trouvé ce dictionnaire très intéressant pour ceux et celles qui veulent comprendre la langue urbaine du Cameroun. C’est une langue argot crée et utilisée à la base par les jeunes. Elle est très répandue et est un mélange de plusieurs langues occidentales et locales et principalement du français, anglais et de pidgin.

Une sorte de français épicé typiquement camerounais.

Ici vous trouverez une définition de plusieurs mots utilisés ainsi que des expressions. 

————————————————————————————————————————————————-

A

A1 : info de première main
Aboki : Vendeur de soya.
Absenter (quelqu’un) : constater l’absence de quelqu’un, venir en son absence. Exemple: « Je t’ai absenté quand je suis passé chez toi » ; « Nous avions rendez-vous mais je l’ai absenté » (je t’ai manqué).
Achouka! : interj. Bien fait pour toi! (Ca t’apprendra!). Plus complet Achouka ngongoli!. L’expression orale va avec une gestuelle bien particulière: la tete legerement relevée et l’index de la main droite (en general) qui semble caresser le cou, au niveau de la pomme d’Adam
Acops : n.f. Partie arrière de la tête, souvent developpée chez certains
Affobo : b, n.f.; Fesses; surtout, les fesses très developpées des femmes.
Aka! : b Interjection signifiant « Je m’en fous! ».
Aladji : n., n.m. En général c’est un homme originaire du Nord, musulman en général, et d’une certaine stature sociale. A l’origine, c’est un musulman qui a déjà effectué le pélérinage à la Mecque et porte désormais le titre « El Hadj ». Par extension, l’appellation est utilisée pour tous sans distinction de classe.
Alcool (les) : Toujours au pluriel, pour parler de toute boisson alcoolisée, avec un peu de fierté ou d’intimité, c’est selon.
All : ang. Tout, tous.
Aller à kumba : Reduire son âge. On parlera ainsi d‘âge de Kumba
Allô : n.m. Mensonge. Exemple : « Ce que tu dis, çà c’est l’Allô! »
Allocataire : n.m. Menteur. Qui fait l‘Allo
Ambiancer : v. Contribuer à rehausser l’éclat de la fête. On dira aussi « être dedans », entendez dans la fête.
Anglo : n.m. Diminutif de anglophone. Appelation familière ou péjorative suivant les cas des personnes d’origine anglophone. Entre franco elle est injurieuse, pour dire que l’autre refléchit de travers.
A mort : loc. adv. Accentuer le caractère d’une chose, superlatif. A le sens de « à en mourir ». Exemple: Le gâteau-ci est bon à mort
A plus ! : Au revoir.
Apprenti-sorcier : n.m. La dernière trouvaille linguistique de Paul Biya, pour désigner les opposants. Lors des émeutes faisant suite aux hausses des couts et taxes de carburants, il n’a pas trouvé meilleur qualificatif pour désigner ceux qui seraient à l’origine de ce mouvement. Depuis le terme est repris à volonté pour désigner plus généralement …les autres. Qui a dit que le peuple camerounais n’a pas d’humour?
Appuyer : v. Baiser. « J’ai appuyé la petite hier soir ».
Appacher : v. Aller chercher le client, démarcher. S’applique surtout aux marchands à la sauvette.
Appacheur : n.m. Une sorte de commercial donc, qui appache (voir appacher ci-dessus). Son role, attirer le potentiel acheteur vers le stand d’un vendeur.
Arts (les): Diminutif de « Arts martiaux ».
Ask : ang. v. Demander.
Assia!p., interj. 1. Expression encourageant à supporter la douleur, endurer la difficulté 2. Expression de défiance.
Asso : n.m. Diminutif de « associé » 1. Client habituel, habitué. 2. Par extension personne avec qui l’on a des affinités plus ou moins intéressées.
Atangana bread : ang., n.m. Baton de manioc, comme pour dire qu’il remplace le pain en pays béti (où « Atangana » est un patronyme très fréquent »).
Atchomo : n.m., b. Petits beignets souvent vendus aux abords des établissements scolaires. Un vrai régal!
Awash : v. Arracher au sens de enlèvement. Expression née dans les quartiers peu sécurisés suite à la recrudescence de tels actes de banditisme.
Awasheur : n.m. Bandit

B

Baba : adj. 1. Faux, grossièrement faux. 2. Diminutif de « Babaguinda (un ancien président du Nigéria) Contrefaçon. Le Nigeria ayant souvent alimenté le marché local camerounais de produits contrefaits.
Bacho : Examen de baccalauréat
Back-back : adv. « Par derrière, par derrière ». Dans le dos de quelqu’un, en cachette.
Bagando : n. Délinquant (e).
Bago : Diminutif de chaussure Sebago; j’aime autant dire que les camerounais établissent une relation très intime avec les objets qui leurs sont chers.
Bahat : Refuser, faire ou avoir « le mauvais coeur » eg. la n’go l’a bahat
Bakassi : Endroit dangereux. Du nom du lieu de conflit Nigéria-Cameroun. (Toi là, tu vas à Bakassi !).
Balang : adj. Fini
Bally : Machine à sous (slot machine): provient de la marque
Balok : Malchance (de Bad luck). Exemple : « Sa femme l’a quitté. Ca c’est le balok ! », « Vois ma malchance ce soir ! ».
Bam : 25 fcfa
BamBambe : Très jeune personne. Ce mot est un titre, le titre-phare, d’un Youth band de la fin des années 80, les Rumtah
Bangala : Zizi. C’est le sens péjoratif, pas beau, sale.
Bangaliser : de Bangala et donc l’acte de coucher.
Bao : n.m. Diminutif de baobab. C’est plus intime et familier
Baobab : n.m. Quelqu’un pour qui on a du respect, qui a du pouvoir, un grand.
Baptiser : ne pas payer, arnaquer.  » J’ai baptisé le biblos ».
Bastia : Le quartier Bastos à Yaoundé. Encore une reférence à la France.
Bateau : Lieu où on peut trouver des chaussures (sneakers) de seconde-main eg. Nike, Jordan.
Beau : Diminutif de beau-frère; employé au sens litteral pour un parent de du conjoint ou compagnon(compagne), ou dans un sens plus familier pour marquer une amitié.
Beau-regard : Cochon
Beg : Demander
Bèlè : Du pidgin « belly ». Enceinte, ou ventre de la femme enceinte, mais général avec une connotation péjorative (fille-mère, etc.). Exemple: elle a le bèlè.
Ben Sikin : Taxi à deux roues… Désigne aussi bien la mobylette que son conducteur. De l’Anglais « Bend Skin » car ils conduisent tellement mal qu’il est arrivé très souvent que le skin s’est retrouvé par terre bend
Ben Sikin : Danse traditionnelle de l’Ouest Cameroun.
Beps : Examen B.E.P.C. pour les intimes
Bèp-bèp : Grande gueule, ou faire une grande gueule. Exemple: il fait le bèp-bèp parce qu’il était aux States. Voir Gueule
B-H : Beignets et haricots, un plat très prisé, le soir, dans les cours de recré, le matin, tout le temps!
Biafra(i)(s) : Appelation familière des Nigérians. Il faut savoir que les Nigérians n’adorent pas beaucoup, surtout que ca rappelle la guerre du Biafra.
Biblos : Homme de race blanche. (voir aussi white)
Bibliser : Parler comme un biblos (voir aussi whitiser). Faut dire que c’est mal vu de whitiser; ca s’assimile à la frime, surtout si on n’a jamais mis les pieds à Mbeng
Bifaka ou Bifaga : n.m., b. Poisson fumé
Big-reme : grand-mère Exemple: La big-reme va bring mon mbindi au school. Trad.: La grand-mère va amener mon petit frère à l’école
Binda : être en état de voir une fille.
Bindi : Petit-frère ou petite-soeur. Voir aussi Mbindi
Bilingueadj. Bisexuel
Bissap : n.m., n. Jus, boisson à base de fleur d’Hibiscus Ssabdariffa, encore appelé de Guinée. Autre appelation: Foléré suivant les pays d’Afrique.
Bisgo : n.m. Diminutif de « business ». Petite affaire, tractation.
Bitchakala : Nom: Ordures, trucs sans valeur. Voir aussi Tchakala.
Blow : Frapper eg. je vais te blow
Bobis : Les seins
Bobolo : 1. Baton de manioc 2. désigne aussi les personnes ayant de l’embonpoint
Bodjo : Un homme, un gars
Boguess : prostituée
Boilo : Etudes eg. je go au boilo, je vais étudier
Bok : Porter. Voir boro
Bolè : Souiller quelqu’un ou être souillé (humillié).
Bom : Un homme, un gars
Bombe ou Baba : Faisant référence a un article contrefait
Bombo : Emprunt du Bassa; Pote.
Bon-Blanc : Albinos.
Bondir : Donner un mauvais rendez-vous, planter quelqu’un. Exemple: « Tu m’as bondi hier soir ». Vient de « Faire faux-bond ».
Bord : diminutif de bordereau. C’est l’anti-sèche, la cartouche, bref, tout bon ancien élève voit ce que c’est, le truc pour se sauver de la catastrophe à l’examen. Parce que « l’homme n’est rien sans son bord ». ne surtout pas dire « bordereau » c’est lourd et ça montre qu’on ne connait pas.
Bordelle : Prostituée.
Boro : 1. Porter, s’agissant d’un vêtement, d’une paire de chaussure. (de l’anglais « bear ») 2. Emprunter de l’anglais (to borrow). Meme prononciation pour les 2 mots qui semblent pourtant de 2 origines différentes.
Bosco : un gars costaud.
Bosniaque : Camerounais originaire de l’Ouest; Bamiléké. L’expression date de la guerre du Kosovo et les Camerounais avec notre suite remarquable dans les idées avons rapidement fait un parallèle entre les deux populations (Bamiléké et Bosniaques). Faut suivre un peu!
Bottle ou Boto ou Bt : Boite de nuit, night-club
Bougna : Bagnole, voiture
Boulot : utilisé comme verbe, pour « travailler ». Et l’intonation à la prononciation est bien particulier.
Boundja : 1. Marquer un bu en foot-ball. 2. exclamation en cas de but: Boundja! 3. Rendre une femme enceinte, souvent dans le sens péjoratif quand il s’agit d’une fille, d’une petite-amie.
Bouzu : n.m., ba Les choses, les affaires.
Bringuer : Faire la fête, la bringue.
Bro : n.m., p. Parfois prononcé {bra}. Diminutif de broder.
Broder : n.m., p. Parfois prononcé {brada} Frère, ami
Brun(e) : personne (noir bien sur) de teint clair
Buching : v. Étude, révision des cours.
Bucher ou Buch : v. Étudier, réviser des cours.
Bucheron (e) : n. Elève qui étudie, révise des cours. Souvent péjorative pour désigner un élève qui étudie beaucoup ou longtemps, parfois avec peu de réussite.
Bunker : A la veille d’échéance scolaire importante, c’est le lieu où l’on se retire pour fronter (mener d’intenses revisions).

C

Cadeauter : Faire un cadeau, offrir un service, une faveur. Le mot a fait un temps l’objet d’un débat dans les « milieux autorisés » en vue de son adoption dans la langue francaise, d’autant plus qu’il est également utilisé dans plusieurs pays africains. What’s next?
Calé : Dimunitif de « caleçon » pour désigner tout dessous.
Caler : v. Rester bloqué quelque part, dans un état, lors d’un examen.
Call : Appeler. Remarquons qu’il n’y a pas de « to » ce qui marque la différence avec l’anglais. Et bien sur, il se conjugue comme tous les verbes du 1er groupe.
Camer : du Cameroun, en général les natifs.
Canal Mendozé ou Canal Vamoulké : n.m.sert à désigner simplement la CRTV, tant elle a été marquée par ces DG successifs.
Canda (la) : La manière; probablement de l’anglais « kind of »
Capo : une personne influente, un directeur.
Cass (être) : Etre fatigué
Casse-mbit : n.f., p. Femme qui distribue, qui a plusieurs partenaires.
Casser le derrière (ou fracasser): Sodomiser
Catch : Arrêter, garder
Caver : v. Faire la chatte.
Chamboul : Chambre
Champi : Champagne pour les intimes (intimes du champagne bien sur!)
Champicoter : Boire du champagne.
Chandelle : En particulier au foot, un jeu dangereux qui envoie l’adversaire littéralement dans les airs. Un tacle sauvage par exemple.
Chandelliser : Faire une chandelle.
Chantier : 1. Gargotte, « restaurant » camerounais, souvent tenu par une « veuve joyeuse » (Plus souvent à Yaoundé). 2. Lieu de débrouillardise: cours de répétition, business
Chap : adj. 1. Beau, belle 2. Difficile
Chap-chap : adv. 1. exactement, précisément. On dira souvent « chap-chap temps » 2. Tôt, très tôt. Ou très juste après un autre évènement. On dira alors « le matin chap-chap », ou encore « chap-chap après la sortie des classes ».
Charger : S’entrainer, se muscler
Chaud(e) : 1. Amant(e) 2. C’est aussi plus poétiquement quelqu’un qui a une bonne mise.
Chaudette : belle rondeur, bien en chair
Chaud-gars : Fêtard, dragueur.
Chiba : v. 1. Acte de faire la chatte sexuellement parlant 2. Prendre la fuite (expression surtout utilisée dans les coups foireux, par les feymans).3. Descendre
Chibaeur (euse) : n. Celui qui fait la chatte, celle qui fait la pipe
Chien vert : Insulte (entendu au marché!). Comme beaucoup d’injures, ca ne veut pas dire grand chose, mais il est communément admis que c’est une injure assez basse. Que serait un chien vert en effet?
Chouan! (à l’ail)de All. Insulte inspirée de « schwein » (porc)
Chose : En complément d’un nom, sert à démontrer tout l’attachement que l’on a. Exemple: Dormir sa chose. Viens ta chose. C’est ta chose.
Circuit : Gargotte, « restaurant » camerounais. (Plus souvent à Douala).
Cobo : Rien, vide
Coco : un profiteur, un rigolo.
Coma : Cinéma
Combi : p. n.m. Ami, pote, complice.
Combo : Faire l’amour
Comot : Sortir (de l’anglais « come out »), au sens de sortir d’un lieu ou aussi de sortir avec quelqu’un. Exemple : si tu n’est pas content, tu comot; elle est comot avec moi : elle est sortie avec moi
Complet-complet : Au départ c’était un jeu qui consistait à signaler le passage d’une personne habiller d’un tailleur ou de toute tenue dont le bas serait du meme tissus que le haut. Ce jeu a donné son nom à ce style de vetement. On parle donc d’etre vêtu de complet-complet
Comporter (Se) : v. Avoir une attitude correcte. En général, on invitera quelqu’un à se comporter, pour lui signifier qu’on apprécie pas ses attitudes, positions, raisonnements.
Composer : 1. Arnaquer 2. En parlant d’une fille, la draguer en se basant sur le mensonge (on dit aussi nkallang)
Congolibon : n.m. Coiffure à ras (boule à zéro). Diminutif: « libon ».
Conto : Parler, causer, tchater
Cook : Préparer à manger, cuisiner.
Cop’s : Copain / copine Exemple : c’est ma cop’s
Coran : Matière à coraniser, ainsi désigner pour leur approche récitale. Un mot qui traduit le caractère partiellement musulman du Cameroun et la proximité des différents courants réligieux et leurs adeptes. Pour qui a déjà approché une école coranique, ce mot prend tout son sens.
Coraniser : Apprendre par coeur un cours, une leçon, typiquement dans les matières telles que histoire, géographie, science naturelles.
Coro : Usé, vieux
Counga : Idiot
Cosmos : n.m. Copain ou copine
Couper : 1. Faire l’amour 2. Fey.
Coyote : Salope
Crich, Cry : Pleurer
Cut : 1. Faire l’amour 2. Fey. Voir aussi couper.

D

(la) Damé : La bouffe, à manger, la nourriture.
Dangoua : 1. Aller à pied 2. Démarche
Dar : 5 Fcfa
Dak : 1. La cigarette 2. Fumer
Débat : Les fesses/lasses d’une fille/ngo en particulier. On doit cette expression au président Paul Biya (Notre Popol national) qui parlait d’organiser un large débat et son ministre le très fameux Professeur Augustin Kouontchou Kouomegni avait parlé en conférence de presse de grand débat. Et Popol de repasser derrière et parler de nuance sémantique et reaffirmer qu’il s’agit bien d’un large débat. Anecdotique!
Et comme les camerounais ont de la suite dans les idées, l’image de Francoise Foning, une femme de l’appareil du parti, plutot forte voire très forte est venu à l’esprit coquin-taquin des gens pour assimiler le mot débat à l’arrière-train, d’où la figure de style… avoir un large débat=avoir un arrière-train proéminent.
J’adore le Cameroun!
Décharge (Aller à la…) : ou Aller décharger le mougou. Expression de feymen pour « aller accomplir un coup », contre un Mougou donc. Se dit aussi « travailler le mougou ».
Dégage : Sentir mauvais; on dira Ca dégage ici!
Dégammer : Dire ou faire quelque chose d’indécent, déconner, hors de gamme.
Débré (se) : se débrouiller, se démmerder.
Dépose-moi! : Laisse-moi tranquille!
Depso : Pédé, homosexuel
Détaler : v. S’enfuir, Courir… vite
DG : un plat de poulet épicé et de plantains frits, mangé par les riches dans les restaurants (provient de « Directeur Général »).
Die : Mourir
Diversn.m. Parfois prononcé {diva}. 1. Causeries, faits divers. 2. (Faire les…) : Papoter. 3. (Aimer les…) : Aimer les racontars, les bruits qui courent, le A1 justement.
Djaf : n.f. Nouriture
Djaffer : Manger.
Djaguère ou Djag’ : Fille
Djaraba : Du Foulbé. Désigne l’argent.
Djanga : Petit, mince
Djimtété : n.m. Voir Tété
Djo : n.m. Prononcé comme « Joe » en anglais. Le gars.
Djoss : Discuter.
Djoudjou : Déguisement sensé faire peur ou etre maléfique.
Djoum : Entrer sans permission. « Je suis djoum chez le patron ».
Do’ : Argent e.g. j’ai ask au pater de me gi’ les do’ pour go au coma: j’ai demandé à mon père de me donner de l’argent pour aller au cinéma
Do bad : Faire mal.
Dos (les) : n.m. pl L’argent.
Doserv. 1. Manger avec (très) bon appétit. 2. Donner des coups 3. Dans l’expression ça dose! on traduit l’appréciation que l’on a pour quelque chose.
Durer : v. Mettre du temps à accomplir une tâche (prend un côté péjoratif : impuissant).
Dybo : n.m. De body. Voir aussi Tara. Anglais+verlan

E

Easy : Doucement, progressivement. Voir aussi Kougna-kougna. Dans le cas où l’on dit « Easy! » c’est un invitation au calme, à tempérer les ardeurs.
Elobi : Ghetto en « bulu », zone peu amenagée, voire carrément marécageuse. Le plus célèbre étant Mokolo-Elobi. Exemple : il vit dans un elobi.
Ekié ! (b): Marque la surprise, l’étonnement
Elan (b): Sexe de la femme, sur le ton de l’injure.
Emballer (b): Pour les filles, mettre des vêtements près du corps de façon à faire ressortir les formes, ainsi on dira comme dans la pub pour le préservatif: « Regarde comment la go est emballée! »
Epervier : n.m. Opération d’assainissement des finances publiques menée en 2008 ayant conduit plusieurs hauts fonctionnaires en prison.
Eperviable : Qui peut être victime de l’opération Épervier.
Epervié : Victime de l’opération Épervier.

F

Fafio : L’argent, les sous
Fait-quoi, fait-quoi ! : Quoi qu’il arrive (Qu’est-ce que cela peut bien faire !). Récente formulation: Foumban-Foumbot juxtaposition des noms de 2 villes de l’Ouest-Cameroun.
Fala : 1. Chercher (provient du Pidgin) 2. Plus particulièrement, chercher noise à quelqu’un, le provoquer. Exemple : Ne me fala pas : ne me provoque pas; il fala les clefs de sa bougna : il cherche les clefs de sa voiture 3. Donner s’agissant d’une modique somme d’argent.
Fap-fap : Partage équitable à 50-50 (provient de l’anglais ‘five-five’)
Fap cent : Appellation « intime » du billet ou de la pièce de 500FCFA. Voir aussi Pièce pour 100FCFA, Kolo pour 1000FCFA. On dira « kolo-fap » pour 1500 par exemple, « two kolos » ou « deux kolos » pour 2000FCFA, etc.
Farot : Aide financière, ou action de donner ladite aide
Faroter : Voir aussi Lancer. Faire un farot, donner une aide financière.
Fatigué : Usé, vieux. A propos de tout. (Lui là, il est trop fatigué vraiment).
Faxer : v. Copier ou retenir intégralement un cours ou un exercice la veille afin de le reproduire le jour de l’examen.
Fêtard : n.m. 1. Qui fait la fête, personne légère. 2. Feyman
Fey : v. Escroquer (prononcer « Fé »).
Feyman : n.m. Escroc (prononcer « Féman »). Et par extension feywoman pour une femme, bien que plus rare.
Fia : Craindre, avoir peur de (provient de l’anglais ‘to fear’)
Fiasquer : v. origine inconnue Faire un bruit comme un « tchiiip! » de la bouche, pour exprimer le dédain, la dénégation. Synonyme de miocher(argot parisien).
Fika : Baiser, faire l’amour
Fimba : Ressembler à Exemple : le djo-là fimba à mon pater : ce gars-là ressemble à mon père. (Ouille!!!)
Finir :  »v. 1. Finir qq’un L’étonner grandement, lui faire très mal, dominer outrageusement. 2. Finir avec qq’unRégler une affaire lui. Procéder au règlement. 3. Finir avec qq’un Satisfaire une demande
Fionlon : Cuir chevelure mit au nu, Crane nu
Flop : adv. Beaucoup
Foiré (Etre…) : Etre fauché.
Fok : v. Faire l’amour
Foléré : n.m., n. Jus, boisson à base de fleur d’Hibiscus Ssabdariffa, encore appelé de Guinée. Autre appelation: Bissap ou Jus de bissapsuivant les pays d’Afrique.
Fom : v. Coucher avec, faire l’amour à une fille
Fouiller : Chercher. Exemple : « Je t’ai fouillé partout, je ne t’ai pas trouvé ».
Frais : adj. Beau, bien habillé, élégant.
Franco : Diminutif de francophone, par analogie à anglo.
Frapper : v. 1. Aller à pied. Marcher, longtemps. 2. Rouler (quelqu’un), arnaquer, fey.
Frappeur : n. 1. (Un peu péjoratif, moquer) Personne qui marche beaucoup, surtout faute de moyen pour emprunter un taxi. 2. Arnaqueur,feyman.
Fréquenter : Aller à l’école.
Fringuer (se) : s’habiller.
Frippe : Vêtements d’occasion
From: Depuis. On le retrouvera beaucoup dans les phrases sous la forme: « From que… » ou « From… ».
Front : Révisions, étude. Généralement ça se passe dans une salle de classe d’un établissement. On dira qu’on va au front, qu’on revient du front, etc.
Fronter: Mener d’intenses révisions scolaires. On dira aussi « Aller au front ».
Fufu : Lycée Francais Fustel de Coulanges à Yaoundé

G

Galérer : Perdre le temps à ne rien faire
Garder qq’un : v. Pour dire « garder à quelqu’un quelque chose », en d’autres termes, faire un cadeau.
Gaspiller : Baiser, faire l’amour
Geiste : Un joueur (avec les filles)
Géomètren.m. Celui qui coupe les Kaolos
Gérer : s’occuper d’une affaire, négocier, payer pour quelqu’un (une fille très souvent) au restaurant, au ciné, etc. synonymes: rythmer, sponsoriser
Ghettosard : Quelqu’un qui vit au ghetto
Gnama : Manger, la nourriture
Gneibs : Beignets
Gnè : Voir. Regarder.
Gnole : Voiture; voir aussi bougna
Go : fille, copine, girl-friend.
Gombo : n.m. 1. Legume 2. Affaire juteuse 3. (Faire son) Mener son affaire
Gombiste : 1. Un joueur (avec les filles) 2. Quelqu’un qui fait beaucoup de sorties
Goudan.m., lingala Papier de refugie. Ce mot emprunte du Lingala est tres tres employe pas le Kmer de l’etranger (Belgique, Allemagne, etc.)
Granuts : Arachides, cacahuètes; de l’anglais « groundnuts » e.g. il tum les granuts au kwat : il vend les cacahuètes dans le quartier
Grasse : 1. Pour dire grosse; erreur communément faite par les Camerounais pour indiquer une personne forte. 2. Erreur volontaire pour dire grosse. Les deux usages se distinguent par la méconnaissance du locuteur dans le premier cas, ou son envie de se moquer dans le second. On notera régulièrement cette liberté que prend le camerounais avec la langue pour exprimer souvent une vacherie, moquerie.
Gratter : Profiter. Voir aussi njoter.
Grayer : Manger.
Grayou : Nourriture.
Gueule : En France, on dit « Que de la gueule! » pour signifier à l’interlocuteur sa prétention. Au Cameroun, on dira plutot « Faire la gueule », ou « faire le bèp-bèp » ou « faire le hon-hon-hon ». Une telle personne a la gueule. A contrario, pour prouver et signifier que l’on ne bluffe pas, on dit « ce n’est pas le bèp-bèp! » ou « pas les hon-hon-hon!« . C’est du sérieux donc!
Guess : Bordelle
Gui : Donner, passer (provient de l’anglais ‘give’) Exemple : Gui’ moi le pen : passe-moi la plume
Guinguérou : Albinos. péjoratif. Est aussi utilisé comme injure contre quelqu’un de teint moins foncé.
Guitare : Maladie infectieuse de la peau qui conduit à se gratter sans arrêt…D’où le nom !

H

Hambock : Déranger quelqu’un, embêter
Hap (Hop) : Attraper.
Hélélé : n.m. Quelque chose de fort, qui étonne, émerveille. On dira « c’est le hélélé! » (c’est fort! c’est beau!)
Helep : Aider; de l’anglais help.
Hich! : Exclamation marquant quelque chose de dégoûtant
Hol : 1. Attraper; de l’anglais « hold » Exemple : on l’a hol en train de kick 2. Arriver, s’agissant de mesaventure, de nyè.
Hop-eye (hop’) : Usage de la force ou de son autorité pour obtenir un bien, ou se faire servir. On pourrait parler dans certains cas de racket, mais pas en rapport avec la forme du gangstérisme proprement dit. Le hop’ (apocope) se vit/subit généralement entre amis, dans la cours de récré, et le principe c’est l’intimidation du plus petit ou du plus faible.
Hon-hon-hon : Voir Gueule

I

I beg! : p. Je t’en prie. S’il te plait ou S’il vous plait.
Ich! : Voir Hich (orthographe plus correcte et plus couramment utilisée)
Iyeuuu! ou Iyo! : 1. Cri de joie ou onomatopée asociée à une bagarre que l’on attise ou pas.

J

J.A. : La jalousie
Jachère : Etre sans petit(e)-ami(e) comme des terres agricoles. Exemple : la djag est en jachère depuis qu’elle s’est decapée
Jambo : miser, jouer de l’argent (au Kenya « Bonjour »).
Jazz : n.m. Haricot frit, un plat aimé de tous les camerounais. Aie! Le jazz…
Jazzer : Manger du jazz.
Je-m’invite : n.m. Le pique-assiette, qui vient aux fêtes sans y être invité. Voir aussi tuyauriste.
Jembe : Jouir
Jeton : Pièce de monnaie.
Jetter : Déposer. Exemple : « Jette-moi en ville ».
Johnny : se promener, marcher à pied; provient de la marque de Whisky Johnnie Walker qui présente sur son étiquette un homme faisant un pas. Voir aussi « waka ». Exemple : J’ai johnny pour venir ici
Jong : Boire, de l’alcool en l’occurence. Exemple : Allons jong! allons prendre un verre
Joueur (de quelqu’un) : Pour faire simple, je dirais que dire à quelqu’un « …mon joueur! » (chaleureusement, presque en criant), c’est dire, soit on a de l’estime pour lui, soit on a quelques attentes de lui. Un peu comme si on parlait de son joueur preféré dans une équipe de foot par exemple. Exemple: Lorsque deux amis se rencontrent, on peut attendre l’un crier: « Oh, mon joueur! C’est how? »

K

K-mer : Diminutif de Cameroun, Camerounais (e). Autres écritures: Kmer, Camer, Kam, Cam, Kmr
Kai! : interj., n. Etonnement
Kam-No-Go : Maladie de la peau qui une fois déclenchée, ne finit pas…d’où le nom! (Pidgin : Come don’t go).
Kaolo : n.m. Papiers, en parlant précisement du Titre de séjour dans les pays Européens
Karko : Habits, fringues
Kappa : Prendre, attraper, saisir
Katika : n.m., p. 1. Quelqu’un qui organise des paris (et garde un pourcentage) 2. Un proxénète. Ex : c’est son katika, celui qui détient l’argent et par dessus tout le Président est le grand katika de Ngola
Kef (être) : Fatigué.
Kengué : Un imbécile. Autre orthographe, moins correcte: Nkengué
Kick, Kicker : voler, dérober.
Kilombo : n.m. Personne qui va frauduleusement se présenter à un examen pour le compte d’un autre.
Kind’a : adv., p. « Sorte de… »
Koch : Intriguer quelqu’un devant les autres, vanner. Et les camerounais adorent ca! 1er Sport national, meme devant le foot! Faut apprendre à supporter.
Know : Connaitre, savoir
Kolo : Appellation « intime » du billet de 1000FCFA. Voir aussi Fap cent (ou Fap) pour 500FCFA, Pièce pour 100FCFA. On dira « kolo-fap » pour 1500 par exemple, « two kolos » ou « deux kolos » pour 2000FCFA, etc.
Kombo : Baiser, faire l’amour Exemple : j’ai kombo avec ma copine.
Kondengui : prison, « La police l’a hapé et mis à la kodengui ».
Kongossa : Divers
Kongolibon : Tête rasée, boule à zéro. Exemple : « Il est rasé kongolibon ».
Kori : Prise d’étranglement en art martial.
Kougna-kougna : petit-à-petit, progressivement.
Koumbou : n.f., ba. Grande assiette
Kossam : n.m., n. Lait de vache
Kumba : Kumba est une ville du Cameroun Anglophone. Elle est devenue célèbre suite aux nombreuses falsifications d’acte de naissance, dont le but était surtout de se donner un petit rajeunissement administratif. Les auteurs choisissaient en général Kumba comme lieu de naissance. De là sont nées les expressions « aller à Kumba »: reduire son âge, couper son âge – comme on dira plus souvent. « âge de Kumba »: faux âge.
Kung-fu : n.m. Mauvaises intentions
Kwa : Sac (aussi n’kwa)
Kwasiste : Quelqu’un qui aime danser le « Ndombolo »; étrange d’autant que la racine du mot porte plutot sur un autre rythme très célèbre en son temps, le Kwassa-kwassa.
Kwatta, vin du pauvre : alcool blanc, sec et fort fait du raphia et herbes de savane.

L

Lancer (quelqu’un): v. Voir aussi Mettre en haut ou Faroter. Aider quelqu’un, souvent financièrement. Lui donner de l’argent précisément, en fait de quoi se lancer dans un achat ou une affaire.
Langua : v. 1. Attendre 2. Lire
Langua-moi : Raconte-moi
Lap : Rire; de l’anglais « laugh ».
Lass : 1. Dernier 2. Derrière
Lédge : Village.
Lep : Laisser, oublier
Level : niveau. On entendra souvent les expressions « high level ».
Libérer : 1. Dire ou donner 2. En particulier, accepter les avances en parlant d’une fille Exemple : libère-moi le topo : Raconte-moi l’histoire; libère-moi le way : donne-le moi; la go lui a libéré le way: la fille a accepté de coucher avec lui.
Lion : Encore une appellation « intime » du pénis, pour mettre en avant une taille importante.
Liquidation (Comité de…) : Soirée après un évènement pour finir (liquider) les boissons restantes. Se tient souvent après les fêtes de fin d’année.
Lober : tromper quelqu’un, ruser.
Locale, loco : Maison Exemple : ta locale est où? on go à la loco
Lofombo : n.m., b. Gros beignets de rue ou de marché.
Loko : Vantardise
Lom : Mentir
Long : 1. Vivre, habiter, loger 2. Logement; voir aussi « locale, loco » Exemple : tu long où?
Long dos : Fessier chez la femme qui l’ont assez plat. On appréciera le parallèle « long front »// »long dos ».
Long front : Front chez une femme ayant des chutes de cheveux (autrement appelées mon-vieux). On appréciera le parallèle « long front »// »long dos ».
Longo-longo : Quelqu’un de grand Exemple : Ce gars est un longo-longo chemin de fer.
Lookot-Fayan.m., p. Voir Tchanchouss.
Lourd (Etre…) : Avoir de l’argent.
Lune l’eau-l’eaun.f., ba. Rhume provoquant le nez coulant. Expression d’origine: « menwo chie chie » Menwo: lune; chie: eau

M

Maboya-Makeven.f., be. Pute, fille de joie (du Beti: je fais comment/je vais ou)
Mabongo : 1. n. Personne de petite taille 2. adj. petit de taille
Macro : Magouilleur, proxénète (provient du français maquereau)
Madiba : n.m., d 1. L’eau. Signification d’origine en sawa. 2. Fuite d’épreuves à la veille d’un examen. C’est le sens usuel en Camfranglais.
Magnan : Interpellation d’un ami, en disant « Frère! ». Les ricains diraient Man dans le contexte « You’re my man« . Voir aussi Joueur
Maïs : Appelation « intime » des bières. (Voir aussi Mousse)
Mal de poche (avoir) : Etre dénué de sous.
Mal mauvais : Gravement, marque de gravité. Exemple: j’étais malade mal mauvais
Malparler de quelqu’un : Dire du mal, médire
Mama!interj. Marque de grand étonnement! On dira aussi Ma mamy!
Mami wata : Sirène des eaux et des fleuves. Vous avez dit sorcellerie?
Mamba (Vert) : Appellation du billet de 10000FCFA dans les années 80, pour sa coeuleur verte.
Manan : quel’qu’un qui traîne, bonhomme en général. « Ce manan-ci vient d’où ? ».
Mange-mille : policier. Du fait de la corruption, et de la reclamation de mille francs. Aujourd’hui ils accepteraient meme 500F. On écrit aussi parfois mange-mil comme l’oiseau
Mapane(s) : n.m.1. Chemins de traverses. On prend les mapanes. 2. Deuxième bureau…mais sans que ce soit une liaison « installée ». On a un mapane.
Mara : n.m. Diminutif de Marathon. Course, fuite plus précisément. On pique mara, en cas de danger
Marque : Genre ou type. Facon de parler avec dédain d’une fille: « C’est quelle marque de fille, çà?! »
Massa : pidgin Monsieur.
Mater : Mère
Materiel : Arme. Avec la recrudescence du banditisme armé, l’limagination du vocabulaire a suivi.
Mazembe : bandits
Mbam : 25F (pièce de)
Mbagando : 1. n.m. Enfant de la rue 2. n.f. Femme de rue et de nuit, une femme éveillée, émancipée, une femme qu’on ne trompe pas facilement, qui a fait son chemin, qui a plus d’un tour dans sa gibecière
Mbanga : Chanvre connu pour ses vertus et effets excitants. D’où le célèbre cri « Mbanga gi me powaa! » (Du Mbanga pour la pêche!, mais bon, tout de suite, ca le fait moins, donc on va gerder l’expression originale)
Mbéré : Policier; diminutif de « mbéré kaki » de l’époque où la police avait un uniforme beige (on dit kaki au Cameroun).
Mbeng : La France (à Douala).
Mbenguiste : ou MbenguetaireQui va souvent en France, ou qui y vit.
Mbinda : v. Faire l’amour
Mbindi : Petit-frère ou petite-soeur. Voir aussi Bindi
M’bit : Pénis
Mboa : Emprunt du « duala »; le pays.
Mbock : Prostituée
Mbom : Mec, gars.
Mboma : Appellation du billet de 10000FCFA dans les années 80, pour sa coeuleur verte. Voir aussi mamba (Vert)
Mbombo : n.m., bs. Originellement, un jumeau. Usuellement un homonyme.
Mbourou : Les sous, l’argent Exemple : le gars-là a les mbourou grave : il est riche
Mbout ou mboutoucou ou Mboutman : Stupide, idiot (provient du Pidgin) e.g. vois-moi le m’bout là !
Mboutanki : Au jeu des dames (damier), désigne un mauvais joueur, inefficace.
Mbrass : v. Chier
Meet : v. De l’anglais « to meet ». 1. Regarder 2. Voir 3. Rencontrer. Le sens dépend donc fortement du contexte et du locuteur.
Merco : réductif de Mercedes. Belle caisse. on dit aussi mercal
Metoch : Métisse Exemple : Ma nga est metoche
Mimba : Penser, Imaginer
Mimbo : Alcool
Minguili : adj., bs Petit, minuscule.
Mini-minor : Voir aussi petit modèle. Le mot tient son origine de la Mini, la voiture, connue pour sa petite taille. Plutot gentil le surnom quand il est utilisé.
MO : (Maladie d’Occupation) Manie de s’occuper des affaires d’autrui.
Mochon : v. Changer ou Bouger quelque chose.
Mola : Gars
Molo : Doucement, progressivement. Voir aussi Kougna-kougna
Mon-vieux : Chute de cheveux chez la femme.
Moo : adj. 1. Beau, joli. Aussi bien pour les personnes que les choses. 2. Bien dans l’expression « ya moo » pour dire apprécier, bien sentir (une chose) etc. En particulier, « ya moo » pourra signifier avoir un bon feeling avec une personne, ou jouir dans certains autres cas.
Mop : v. Embrasser une fille, coucher avec. Exemple : j’ai déjà mop la ngui-là
Mota : Mec, gars. Souvent un adversaire
Motoh : Les selles. « Aller motoh ».
Mouf! : 1.Va-t-en! Agressif et dédaigneux (de Move, anglais) 2. Entre amis, ce serait plutot sympa, comme une marque d’exclamation (soit pour approuver, soit pour refuter) bref sympa quoi. 3. v. Enlever. Surtout pour parler d’un foetus (avortement).
Mougou : Fainéant, celui que tout le monde dominerait, qu’on arnaquerait facilement
Mouna ou
Muna : 1. Petit, plus jeune que soi, un bébé par définition 2. La fille (provient du Douala)
Mousse : Appellation « intime » des bières. (Voir aussi maïs)
Mousser : Se vanter. Exemple: Tu mousses avec qui? = Pourquoi tu te vantes (sous-entendu devant moi)?
Mpoti : Faire l’amour à plusieurs, partouze, tournante
Musclé ou Mossn.m. beignets coûtant 25 frs l’unité et vendus généralement dans les coins de rue ou dans les établissements primaires et secondaires par des maters!
Munyengue : 1. Une fille qu’on désire et à qui on fait la cour 2. « avoir le munyengue avec quelqu’un » c’es se sentir bien avec lui, être content de lui. Voir aussi ya moo.
Muoi (moua) : 1. Cacher quelque chose 2. Souiller/Humilier quelqu’un Exemple : 1. Quand le gars a vu sa djag, il a moua pour qu’elle ne le meet pas 2. Comment tu peux aller me moua en disant que la tchakas que je borrow ne sont pas à moi?

N

N’go, N’gola, Ngola : 1. Yaoundé.
Nabs : Petit de taille; provient du francais ‘nabot’
Nack : Battre, taper quelqu’un
Nang : Dormir
Nanga-boko (diminutif: Nanga) : 1. Enfant de la rue. La définition orignale même du terme, tel qu’emprunté à la langue. 2. Personne peu recommandable, filou. 3. Vaurien
Nassara : n.m., bassa Homme blanc. Allusion aà la tenue du club Union de Douala, à dominante blanche.
Nayor : Doucement, progressivement. Voir aussi Kougna-kougna
Ndamba : n.m. 1. Ballon 2. Jeu. Au départ il s’agit de football ou de ballon de football, mais par extension, le mot servira aussi pour tous les sports de balle. Exemple: On guio le ndamba. (Rarement, on dira « joue le ndamba », ou « guio le foot ».)
Ndem : v.: 1. Fuire, se désister 2. Donner un coup, faire mal.
Ndjangui : Tontine. C’est un système économique d’entraide assez structuré souvent à echelle familiale, amicale, mais toujours de taille modérée. Le côté informel et déréglementaire laisse souvent la porte ouverte à bien de conflits. Initialement et particulièrement pratiqué par les personnes originaires de l’Ouest-Cameroun.
Ndjap : Légume dans les langues bamilékés. Désigne la marijuana, le chanvre indien. A ne pas confondre avec Nku pour Cocaine
Ndjaraba (r): Argent.
Ndjasso : En souvenir de Isaac Sinkot (épopée des Lions Indomptables 1982-1988) qui se faisait remarquer par la rugueur de son jeu de défenseur et son physique imposant. C’était son surnom et ca deviendra le nom donné à tous les jeux dangereux, aux les mollets chez les personnes qui les ont très musclé ou developpés. Ils ont les « sinkot », ils font un « ndjasso », etc.
Ndjember : v. Éjaculer
Ndjeum : Grand, gros.
Ndjindja : 1. n.m. Gingembre sous forme de racine ou pressé sous forme de jus 2. adj. difficile, très difficile.
Ndjombé : n.m. Confiance. Ex: I get you ndjombé
Ndjou-Ndjou : n.m. Monstre imaginaire. Terme employé pour faire peur aux enfants. On dira plus souvent ndjou-ndjou kalaba.
Ndok : 1. Quelqu’un qui aime demander sans rien donner 2. Acte de faire le Ndok
Ndolo : Amour; emprunt du « douala »
Ndomo : Frapper
Ndomo-ndomo : jouet artisanal à base de corde ou de bracelet élastique. Pratique pour propulser toute sorte de projectile, papier à la base, sur les petits camarades, voire à faire la chasse aux margouillats dans une forme plus élaborée.
Ndoss : 1.voir aussi chaud 2.je-m’en-foutiste 3. Rusé ou malin en affaire
Ndutu ou ndoutou : Malchance, sort
Nerveux : 1.Quelqu’un qui s’énerve facilement 2. Quelqu’un qui maitrise son sujet
Nga : Une femme
Ngass : trou, cellule, prison, gnouf.
Ngata : une cellule de prison Exemple : il a passé la nuit au ngata
Ngoa : Dimunitif de Ngoa-Ekellé, quartier de Yaoundé habritant l’Université de Yaoundé I. Le nom date du temps où il n’y avait encore qu’une seule université et biens moins d’étudiants. Je dirais entre 1985 et 1990.
Ngo ou Ngoma : 50FCFA. Ca date ca, quand le coût de la vie n’était pas encore aussi élevé (les années 80), et qu’avec 50FCFA on ouvait faire beaucoup de choses. C’était toujours plus facile de demander 50FCFA en un terme aussi familier.
Ngondélé : n.f., p. Jeune fille dévergondée
Ngoum : n.m., p. Force
Ngrimba : Ecorce qui protège, gri-gri.
Ngrimbatiser (quelqu’un) : Envouter, ensorceller, le mettre dans la bouteille.
Nguémé : Etre foiré, sans argent e.g. regarde-moi le gueme-man-là , il veut faire le défi avec qui?
Nguess : fille. vielli
Ngui : fille. vielli
Ngwati : Gri-gri; mot originaire de l’Est. Exemple : elle avait un puissant ngwati
Niaque : Faire l’amour
Niassv. Tuer, en parlant de faire l’amour
Niè : 1. adj. Moche, vilain 2. n.m. La malchance
Nièman : Un gars pas bien, un poisseux.
Nioxer : Baiser, faire l’amour; particulièrement remis au gout du jour par le chanteur Petit-Pays dans un de ses titres.
Njimtété : Quelqu’un avec une grosse tête ou quelqu’un de riche et connu, le patron, le décideur.
Njoh : (prononcer « Njaw ») gratuit, ce qui est gratuit. (On dit aussi « Njohter » pour l’action de faire le njoh et « Njohteur » pour désigner celui qui bénéficie du njoh).
Njoter : de njoh. Profiter. La formation du verbe à partir du nom ne s’explique pas.
Nkallang : Draguer une fille en se basant sur le mensonge
Nkap : L’argent, les sous
Nkeleng-Nkeleng : n.m. Feuille verte qui sert a faire une sauce gluante qui se consomme au fufu de mais de manioc ou de riz
Nku : de Nku, d’origine béti désignant le sel. Cocaine, pour sa couleur blanche, comme le sel de cuisine (Nku). A ne pas confondre avec Ndjappour chanvre
Noum : v. Sentir
Nkuta : n.m. Sissonghos, buisson. Les sissonghos, c’est un bosquet d’herbes sauvages et hautes, ressemblant à des roseaux. Certains ont l’habitude de s’y réfugier pour satisfaire divers besoins ;-).
Ntangan : n.m., beti Homme blanc. Appellation mise en valeur par le livre Ville Cruelle de Mongo Beti (sous le patronyme Eza Boto)
NST : n.f. Par analogie aux MST, Note Sexuellement Transmissible, pour dénoncer les relations filles-professeurs
Ntong : n.m. 1. L’envie. 2. (parfois aussi) La chance. Exemples: I get ntong (…). J’ai le ntong (…).
Ntot : 1.n.m. bs. Vagin 2. v. Faire l’amour
Ntui : 1. Baiser Exemple : je l’ai n’tui 2. Aussi comme substantif : le sexe féminin
Nyama : Manger.
Nyang : v. Vendre e.g. il a nyan sa caisse
Nyanga : Maquillage, se vanter
Nyango : Fille
Nyap (quelqu’un) : Le ridiculiser devant tout le monde.
Nyè : n.m. 1. La poisse. S’utilise pour indiquer la mésaventure qui arrive à quelqu’un. On dit alors « avoir le nyè », ou alors que la poisse est arrivée à quelqu’un (« le nyè la hol ») 2. ‘personification’ La police. Dans le jargon des marchands à la sauvette, cette personification sert à signifier que la Police qui leur fait en permanence la chasse est la source et cause de toutes leurs mésaventures. Plus généralement, toute personne à qui l’on impute une mesaventure.
Nyè (quelqu’un) : v. L’avoir à l’oeil.
Nyong ou Nyongo : v. S’enfuir, se dérober.
Nzolo : Drible au foot, consistant en une balle qui passe entre les jambes de l’adversaire. Ouh la honte! Autrement appellé petit pont.

O

O ne za (b) : « Qui es-tu? » Interpellation usuelle en cas d’affrontement. On switche volontiers en béti.
O ne zeze (b) : « Tu n’es rien! » Invective usuelle en cas d’affrontement, en suite ou en réponse à « o ne za?« .
Opep : 1. Taxi-brousse pratiquant des itinéraires particulièrement délaissés. Souvent en mauvais état (le taxi et la route) 2. (Faire l’…) Conduire un Opep. Le mot a t-il un lien avec le nom de l’Organisation des Pays Exportateurs de Petrole? Probablement.
Options : Mot utilisé pour désigner les moyens matériels à utiliser pour frimer. Ce terme a été notamment employé par KROTAL dans son titre « Jamais ». Quand on est over-njocka, c’est que forcément on a les options.
Oui-non : Une association rare pour répondre « oui », mais simplement avec insistance. Et l’insistance peut encore plus se manifester en forcant sur le « O » et ca donne « oui-nooooon! » avec tout l’étonnement que l’on peut aussi lire dans le regard.

P

Pach : Surprendre ou etre surpris
Paf : Bouillie; elle accompagne bien les beignets our le BH (Beignets+Jazz)
Pala-pala : 1.Querelles 2. Souvent une lutte jugée désordonnée, des combats de filles souvent.
Palaba (p): Querelles.
Palu : Diminutif de paludisme, la malaria. « Intimité » avec la maladie oblige
Pambam : v. Cacher quelque chose.
Panapo : n.m. Problèmes, ennuis
Pardon! : S’il-te-plaît.
Patcheco : n.m. Personne de petite taille
Pater : Père
Pem : Voir aussi Poum. L’orthographe varie selon les influences linguistiques.
Penya : Nouveau ou beau e.g. une voiture penya; la gui-ci est penya mal!
Pepcube : Acte sexuel
Perika : Petit-frère.
Pétillant : Champagne.
Pétiller : Boire du champagne.
Petit Madame : Sobriquet donné assez souvent aux fillettes au caractère affirmé
Petit modèle : Appelation moqueuse pour les personnes de petite taille, ou coquine pour les filles en allusion aux boissons vendues en petit modèle. Il faut préciser qu’en général les filles invitées à partager un verre commandent en général le petit modèle (PM) des boissons gazeuses.
Petite : fille, copine, girl-friend. Exemple : « J’étais avec ma petite hier soir » (Se dit aussi au masculin).
Piak : Fuir en cachette
Pian! : interj. Ex: Je suis là, pian! (Je suis bien là, en poste!)
Pièce : Appellation « intime » de la pièce de 100FCFA. Tarif courant de certaines courtes distances en taxi, de beaucoup d’articles dans les commerces. Voir aussi Fap cent (ou Fap) pour 500FCFA, Kolo pour 1000FCFA. On dira « kolo-fap » pour 1500 par exemple, « two kolos » ou « deux kolos » pour 2000FCFA, etc.
Piff : Aimer ou apprécier e.g. je te piff: je t’aime; je ne piff pas ce genre de divers; il piffe la petite-là à mort!
Pigeon : Sortir sans la permission des parents
Pijon : v. 1. S’en aller. 2. S’enfuir (surtout après avoir fait un malheur)
Pikin : 1. L’enfant; emprunt du pidgin. 2. Une petite amie pour un « collectionneur ».
Piner : v. Faire l’amour
Pino : Pain
Pintchap : v. Faire l’amour
Piole : Maison, résidence
Pioncer : v. 1._ Dormir. 2.__ Énerver.
Pistacher : v. Faire l’amour
Plantain n.m. Penis
Pointer (la journée) : Assurer son revenu quotidien
Polè : Le mot est une apocope de « politique ». 1.La polè c’est un exercice d’abus de pouvoir, d’autorité. On parlera de « la polè du plus fort ». 2.Un jeu de foot porte ce nom: Il se joue dans une moitié de terrain, avec un seul gardien et que des joueurs de champ. Le gardien met la balle en jeu et c’est à celui qui marquera un but. Il peut alors exercer « la polè » et faire sortir un autre joueur de champ. Le jeu se poursuit jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un seul joueur de champ, c’est le vanqueur!
Popo : Vrai(e), vraiment. Exemple : le joe a le popo levis; pourquoi tu ne me crois pas? Popo, j’étais au cinosh avec la petite
Poste (Etre en…) : Etre en place (à son bureau).
Poster : v. Aller aux toilettes, pour la grosse commission.
Poum : S’échapper, s’enfuir.
Pousser : s’en aller. Exemple : on pousse : on s’en va
Pritango! : Cri visant à alerter sur la venue d’une personne à craindre. Exemple : « Pritango! Ton père arrive! » Bah oui, forcément le père!
Protéger : Ironiquement, voler.
Probat : Examen probatoire

Q

Qualité : genre, type. Exemple : Je ne sors pas avec la qualité de gars là : Je ne sors pas avec ce genre de gars.
Quat : quartier.

R

Refré : Frère
Relation : Amoureux(se)
Remé : Mère
Repé : Père
Ressé : Soeur
Rince-rein : Fille facile.
Ronds : Argent
Run : Courir, aller Exemple :le métro ne run pas vite
Rythmer : 1. Accompagner quelqu’un 2. Chauffer les petites; emballer, se mettre dans l’ambiance.

S

Sabitou : n.m. (un peu péjoratif) Personne qui sait tout, ou qui prétend tout connaitre. Le nom et son orthographe est tiré des Aventures de Madou et Bineta. Toutefois, on entendra aussi dire Sabi-all, mais cette fois avec une influence du pidgin (sabi: savoir).
Sabotage [1] : Mettre un sabot; c’est nouveau au Cameroun, on met des sabots aux voitures mal garées. Et le plus important à noter est que l’enlèvement de ce sabot à conditionné par le paiement d’une amende qui dépend de la taille du véhicule. Vous avez dit à la tête du client…
Saboter : Mettre un sabot
Saccager : Baiser, faire l’amour
Saka : Une dance
Salot : Saluer
Sanguinaire : adj. héréditaire, c’est dans le sang. Usage vulgarisé par Petit Pays.
Sans-con(fiance) : Sandale à deux cordes, qui peut se couper à tout moment
Sape, Saper : s’habiller du dimanche, chic.
Santé (Jouer la) : La partie de foot du dimanche, comme pour garder la forme. On dira « jouer la santé » et forcément cool, une partie de vétérans.
Sassaye : partage en désordre, sur le principe du « Sassayé » (A celui qui reussira à attraper en premier, surtout après une chandelle!).
Sauveteur : Marchand ambulant, vendeur de produits « à la sauvette ».
Sawa : Douala.
 : Voler Exemple : on a hol le gars qui avait sè chez la voisine: on a arrêté l’homme qui avait volé chez la voisine
School : l’école Exemple : Je vais au school; tu school où?
Sebago : Marque de chaussure de type Dockers, très prisée des Camers. (Voir aussi Bago pour les intimes  )
Secteur : endroit où on trouve des chaussures de sports d’occasion (Nike, Jordan, etc.) voir aussi « bateau »
Sèkèlè : Baiser, faire l’amour
Sentir qq’un : Avoir des nouvelles de… On entendra assez souvent: « on ne te sent plus. »
Shabban.m. C’est le nom donné à la partie des tribunes, dite Virage au stade Omnisports de Yaoundé. Cette tribune avait la réputation d’être animé et aussi il s’y passait des trucs pas clean (chanvre, alcool, bagarres, et autres stups). Et donc « aller au shabba » c’est un peu comme « aller au combat », dans une atmosphère, certes très vivante, mais un peu borderline aussi.
Shabbaeurn.m. Quelqu’un qui aime, participe, crée, une ambiance digne de shabba.
Shake : Danser; de l’anglais ‘to shake’ Exemple : Hier-soir nous sommes allés shake; ils sont go shake
Shap : 1. Le matin, bien tot Exemple : tu as damé shap : tu as mangé tot ce matin; 2. Difficile Exemple : c’est shap! : c’était fermé; elle est shap: elle est difficile à convaincre ou dure en affaires; la vie est shap: la vie est difficile
Show (lire chou): Montrer de de toutes les couleurs
Siba : Descendre
Silan : 100 francs
SilanNgo : 150 francs
Simplifier: Sous-estimer. Ex. : « Tu me simplifies?! » pour dire « Est ce que tu me sous-estimes? »
Sissia : impressionner, influencer, parfois menacer.
Sissongo (djoum dans les…) : Fuire. Les sissongos sont de hautes herbes, parfois coupantes très communes, propices pour un guet-apens, une cachette, etc.
Sis : n.f., p. Diminutif de sista.
Sista : n.f., p. Soeur, amie.
Sita : n.f. bs. 1. Tante. 2. Parente (par extension, figuré), amie. 3. Appellation visant à attendrir une fille, femme, une commerçante, lors d’une affaire quelconque.
Situas : Diminutif de situation
Sponsor : Pour une fille qui a plusieurs amants, il s’agit de celui d’entre eux, elle garde essentiellement pour son apport matériel.
Suffer : Souffrir
Socko: Kongossa dans le sens négatif essentiellement
Solfège : Accent français (spécialement Parisien).
Solféger : Parler avec l’accent français.
Sous-Moyenne (Avoir une…) : Avoir une note inférieure à 10/20 à un examen. Etre pas très bon dans une action.
Sous-kwat : Ghetto
Soya : Viande de boeuf braisée vendue le long de la rue. Quel délice!
Stationnement : Gare routière.
Statois : Quelqu’un qui a été aux Etats-Unis
Stycmic : Mystique, compliqué, délicat ou extrême Exemple : quand l’agenda est surchargé, il est ‘stycmic’ de trouver le temps de voir un ami; un match de foot important et serré est ‘stycmic’
Sucrerie : Boisson gazeuse sucrée.

T

Taco : Taxi (de tacot).
Taffer : v. Fumer
Tatteur (euse) : n., ba. Menteur (euse)
Tailler, se taille : S’enfuir.
Takesh : Taxi (de tacot).
Takashin : Jeu dangereux en foot-ball
Tara : Complice.
Taxer : Enlever, dépouiller. Voir aussi Awash.
Taya : Epuisé, fatigué; de l’anglais « tired » Exemple : le n’damba d’aujourd’hui m’a trop taya
Tcha : 1. Prendre Exemple : on a tcha le bus 2. Surprendre, capturer Exemple : La police a tcha
Tchakass : Chaussure
Tchakala : 1. Nom: Dommage, préjudice, ordures. 2. Verbe: Détruire, casser quelque chose ou quelqu’un, au propre comme au figuré.
Tcham : Bagarrer (inverse de match) Exemple : les gars ont tcham en boite hier soir
Tchangoum : n.m. Beau-frère
Tchanchouss : Sandalette « Made in Cameroon ». Vient de « Dschang-Shoes », chaussures fabriquées par les habitants de Dschang à l’aide de vieux pneus récupérés.Aussi appelées « Lookot-Faya » (Pidgin-English__ : Look-out for fire!), car les nuits à Dschang étant fraîches, les habitants se retrouvaient le soir au coin du feu et pour ceux qui portaient des Tchanchouss, il fallait éviter de se faire crammer les pieds!
Tchapia : 1. n. Defrichage 2. v. Défricher 3. En langage de footballeur, c’est faucher, racler.
Tchat, Tchatcher : Raconter, dire e.g. tchat-moi quand tu veux go au coma: dis-moi quand tu veux aller au cinéma
Tchanchoussn.m. Sandales ou nu-pieds « Made in Cameroon ». Aussi appelées « Lookot-Faya » (Pidgin-English__ : Look-out fire!), car il fallait éviter de se faire cramer les pieds, au contact du feu, ces chaussures étant en plastique. A l’origine, ce groupe de mots s’ecrivait en réalité « CHANG SHOES » et désignait une marque de chaussure sous forme de sandales fabriquée dans la province chinoise appelée CHANG, d’ou le nom Chang Shoes. Simple coïncidence de prononciation de nom avec la ville de Dchang.
Tchinda : n.m., ba Serviteur, fidèle, homme de main
Tchoco : 1. Dépanner (en argent) 2. Payer pour avoir une faveur, corrompre Exemple : how que tu as leur a do comme ca? tchoco! moi-même; j’ai tchoco le prof pour avoir la moyenne
Tchombey : v. Savoir s’habiller.
Tchop : 1. Manger 2. la nourriture
Tchouki : 1. Chaussure 2. Combat. Et dans ce cas « tomber dans le _tchouki__ » signifie avoit pris une raclée.
Tchoukam-pass : Fille facile, qu’on tchouke (voir tchouker) et passe donc.
Tchouker : 1. Mentir à quelqu’un 2. faire l’amour; meme registre que « nioxer » Exemple : tu ‘tchouk’ encore avec lui? 3. Demarrer une voiture en 1ere en la poussant. 4. Au foot notament, donner un coup de pied; au civil aussi d’ailleurs.
Tchouk-me-I-dien.m. Chaussure à bout carré et volumineux d’aspect relativement impressionnant! Littéralement, « Tchouke-moi et je meurs », tellement un coup de pied avec ces chaussures pourrait faire mal.
 : v. S’arrêter, se terminer. Ex: « Ça té là! » (Ça s’arrête là!)
Témoigner : Avoir des rapports sexuels
Tempeter : Fictionner, se faire voir
Tensionner : Se facher Exemple : mes devoirs sont entrain de me tensionner
Tété ou (Djimtété) : n.m. 1. Quelqu’un d’important, d’influent 2. Chef de bande, Caïd
Têter : v. Donner un coup de tête
Thing : Objet, truc
Tire (la) : La caisse, la voiture
Tictage : Tendance à disjoncter, par analogie aux adeptes de jeux vidéos.
Ticter : Disjoncter, par analogie aux adeptes de jeux vidéos.
(Ca) Tika : Ca s’arrête! C’est une menace survenant généralement dans un conflit, pour dire que l’on met fin à l’activité en question. On conjugue peu souvent le verbe « Tika », une sorte de verbe impersonnel du camfranglais. On dit aussi « ça ! »
Titus : Diminutif de « titulaire »; Meilleure petite, femme preférée… parmi plusieurs s’entend!
Tochmé : Verlan de métoche
Tokyo : v. Fuire.
Toli : 1. n. Fait divers, racontar et généralement en groupe2. v. Dire ou faire du Toli
Toliyeur : Qui participe à un toli
Tomber : Aller. Exemple : « On est tombé en boîte hier soir ».
Tongo : n.m. Boissons, en général alcoolisées
Top50 : Etre dans le Top50, c’est être homosexuel, en allusion à une liste de 50 personnalités parue en 2008 à qui on attribuait ce penchant.
Topo : n.m. Truc, affaire. Voir aussi Way.
Topos : Parle
Torcher : v. Eclairer avec une torche
Torpiller : Baiser, faire l’amour. Akiééé, ces Camerounais! Combien de mots? Tout aussi imaginatif les uns que les autres!
Toum : Vendre
Touma : Baiser, faire l’amour
Tourne-dos : Gargotte sur le trottoir où l’on mange le dos tourné à la route…d’où le nom !
Tout un(e) : Superbe, très beau. Exemple : « Il a toute une maison » (Il a une très belle maison).
Tuer : v. 1. Faire fort. 2. Faire l’amour
Tuyau : 1. Un moyen de se faire inviter à une réjouissance ou d’y accéder2. La fête elle-meme 3. (Avoir un…) se faire inviter, entrer sans autorisation.
Tuyauriste : Quelqu’un qui va à une fête sans y être invité

V

Vaps : Avoir du feeling pour quelqu’un Exemple : la nga est dans mes vaps
Verber : Draguer une fille
Vere : Emprunter la chose de quelqu’un
Vieux : Père
Vivre : Respirer la forme, prendre la vie à bras le corps, etre
Villaps ou
villaconcon ou
villageois : Villageois, quelqu’un qui n’est pas au fait de l’actualité, des bonnes manières etc., sorte de marginal
Voum (Faire le…) : Frimer.

W

Wa : une petite. Whahhh !! (Exclamatif).
Wadjax : (péjoratif) Personne originaire du Nord du pays. Haoussa, peul, mbororo. Souvent de confession musulmane.
Wadjo : diminutif de wadjax. Ca rend l’appellation un peu plus sympa, mais à utiliser avec précaution.
Wanda : Se poser des questions; de l’anglais « to wonder » Exemple : je wanda sur toi, how que tu nang toute la journée? je me demande comment tu dors toute la journée. J’ai wanda que le joe ne me saluait plus; ma resse l’a barré: je me demandais pourquoi ce gars ne me saluait plus; ma soeur a rompu avec lui
Wash (pron. Watcher) : 1.manquer, sécher, ne pas aller 2. Au foot c’est dribler; plus le drible est excellent, pluson insiste sur le « a »
Way : Quelque chose ou quelqu’un Exemple : qui t’a donné le way?
Ways : 1. Manies 2. objet quelqconque; ici, « way » sert à désigner n’importe quel objet matériel ou non donc on voudrait parler, une information, de l’argent, etc. Exemple 1. C’est quoi ces ways? = Quelles sont ces manières? 2. Tchat moi les ways! Donne-moi les ways!2.
Wèèèh : J’ai de la peine pour toi (il faut l’entendre !!).
White ou Wat : Blanc(blanche); exactement comme on dira « un(e) black » en France. Remarque: au Cameroun « black » ne s’emploie pas sinon très rarement.
Wok (p): De « work ». 1. Travailler 2. Le travail
Wolowoss : Prostituée pas fréquentable.

Y

Ya : De l’anglais to hear (entendre) 1. Entendre, comprendre 2. « aimer ya » Etre prétentieux, se croire fort, capable, avoir une haute opinion de soi, se vanter.
Yaaah! : Interjection utilisée pour montrer qu’on doute d’une affirmation, ou que l’on n’est pas en accord avec une idée.
Ya mo : Etre amoureux, jouir de quelque chose
Yéééé! : Exclamation d’étonnement, d’indignation
Yeuch!: Interjection exprimant la surprise
Yo : Jeune gars déluré; du ‘yo’ courant dans le Rap
Yoyette : Jeune fille délurée.

Z

Zob : Organe génital masculin
Zoze : Organe génital masculin

QUELQUES EXPRESSIONS

5F ne cherche pas son frère : Lire ici 5 FCFA, la plus petite unité de monnaie au Cameroun. Et l’expression exprime le fait que toute monnaie est importante. Et donc, en remettant ou en collectant une somme d’argent, il ne doit rien y manquer, pas même 5Francs!

Ah bon hein?!: Expression très utilisée et dans des circonstances diverses. Pour marquer que l’on prend note d’une information délivrée par le locuteur en face. Pour signifier son scepticisme face à une proposition/idée. Pour signifier une défiance face à un challenge proposé.

Aimer entendre ou Aimer ya: N’en faire qu’à sa tete au point de vouloir défier la logique commune. On le dira à quelqu’un qui refuse de croire à un fait qu’on lui annonce, qui veut voudrait faire une expérience pour se persuader du résultat probable.

Air « Peut-être » : La Cameroon Airlines (Camair), pour l’incertitude dans le respect des heures de vols et l’effectivité meme des vols.

Aide-moi (qqch) : Donne-moi ou prête-moi qqch.

L’ampoule grillée ne fia pas le court-circuit : Une façon de se déclarer prêt à affronter une situation, et surtout se sentir fort d’une certaine expérience. Ou alors, s’estimer tellement mal en point que, une nouvelle difficulté ne pourrait pas bien plus dégrader la situation.

L’avion ne fuit pas l’aéroport : Pour parler d’une situation inéluctable, inévitable. Souvent par défiance. Autres variantes: Le corps d’un oiseau mort ne reste jamais en l’air (dixit Petit Pays).

Avoir du sang dans l’oeil ou avoir du foléré dans l’oeil : C’est exprimer que l’on peut etre énervé à l’instant, « tensionné » comme on dirait aussi, et bien plus, très énervé, au point d’avoir les yeux qui rougissent, bref, on est prêt à tout, pas le bèp-bèp. Le foléré est une boisson à base de feuilles d’oseille (on appelle aussi « jus d’oeille »; j’adore!), et qui a donc la particularité d’etre rouge violacé, un peu comme le sang quoi finalement.

Avoir le gout : Faire plaisir, s’agissant de quelque chose qu’on a apprécié

Avoir le gros coeur : Etre envieux, gourmand. Voir aussi avoir les longs yeux.

Avoir le macabo de quelqu’un : Être énervé contre lui

Avoir de longs yeux : Être envieux, gourmand. Des yeux si longs, qu’ils vont chercher loin devant soi, l’objet de sa convoitise. Voir aussi avoir le gros coeur.

Balayez votre cour! : Occupez-vous de vos problèmes

Bien parler : Proposer une bonne somme d’argent en dessous de table, corrompre.

Bolè avec le savon: Dans un contexte sexuel, se masturber

C’est ça qu’on mange? : Sur un air de mépris, on signifie à autrui que sa proposition est insuffisante. De même, ce dont il se vante n’intimide ou n’influence personne, on s’en moque en somme.

C’est chaud! : Ca ne va pas, c’est grave! Un des dernières variantes: « C’est chaud à Bagdad! » ou « C’est chaud à Sochaux! »

C’est comment? : Simple expression de salutation, elle traduit aussi la grande familiarité entre les deux personnes. C’est le pendant du Comment ca va?. En général, dans le même contexte, on répond par On est là! (cf plus bas), avec la même nonchalence que la salutation. Tout nonchalence n’est qu’apparente; en réalité elle traduit simplement la familiarité. Et dans le même registre, il ne faut pas voir dans la réponse un signe quelconque de malaise. Une autre variante existe C’est comment (nooon!)(avec toi)? et là on exprime plutot une exaspération, incompréhension.

C’est bolè! : C’est fini!

C’est fini! : 1. Il n’y en a plus! 2. Plus classique, la fin d’une belle histoire, le debut des hostilités. Voir aussi C’est gaté!

C’est gâté! : En panne, abîmé, cassé (une voiture ou un fruit).

C’est la magie! ou C’est la maman!: Dite comme une exclamation, cette expression manifeste la forte appréciation, magnificence que l’on pense face à un objet, une réalisation, etc.

C’est le lait? ou C’est le foléré?: Une façon de demander si une situation se présente facile.

C’est le terrain?! : Allusion au coût d’un terrain, pour dire qu’un prix est élevé.

C’est même quoi ? (C’est quoi même ?) Na wéti ? : (sur un ton d’agacement) Qu’est-ce que c’est?, qu’est-ce qu’il y a ?

Ca fait quoi à qui? : Sur un air de défi, on exprime à autrui que sa menace ne pesera pas bien lourd. Sans aucun effet.

Ca gate, ca gate! : Ca va barder quelque soient les conséquences!

Chacun s’assoit Dieu le pousse : C’est le fameux « chacun pour soi » en d’autres termes. Ici on fait ressortir un peut plus le facteur « providence ».

…comme à Bagdad : Quand ca va… comme à Bagdad, c’est dire que ca ne va pas du tout, par allusion à l’actualité de la capitale irakienne.

Croque ton nez: Une autre variante des expressions « Saute et cale en l’air » ou « Mets ta tête au goudron » ou « Va chier au rails! » ou « Va te pendre! »; mais, je sais pas pourquoi, celle ci fait plus mal, on aimerait bien croquer son nez quand on est énervé non? ;-).

Elle a enlevé (l’enfant) : Elle s’est faite avorter

Djoum dans les sissonghos : Se faire rare ou absent, se cacher. Erreur for mboutoukou, na damé for ndoss : Celui qui fait une erreur est un idiot. Et donc il sera victime de l’arnaque ou de la roublardise de ndoss. « Erreur for mboutoukou, na damé for ndoss » (si l’idiot fait une erreur, le plus malin aura raison de lui). Exhortation à la vigilance, lors des diverses transaction dans les marchés, ou tout échange.

Etre calé (dans une classe donnée) : Avoir arreté ses études au niveau de cette classe là.

Etre sur ça : Faire partie ou vouloir faire partie d’une activité

Etre quelqu’un : Entendez, « quelqu’un de valeur », avec qui on peut compter, qui a un certain pouvoir, un certain succès. D’où l’adage comique: « Quelqu’un devient quelqu’un derrière quelqu’un. Et si tu as ton quelqu’un qui est quelqu’un, toi aussi tu seras quelqu’un! » Toujours du trafic d’influence!

Etre qui : « Lui c’est qui? » ou « Toi c’est qui? ». Ou comment signifier que quelq’un ne pèse pas bien lourd, et ne nous intimide pas, ni physiquement, ni en autorité, selon le contexte de la dispute.

La faim me pourchasse : J’ai faim.

La fatigue me guette : Je suis fatigué.

Faire le saraka : Distribuer l’argent, faroter.

Faire quelqu’un : Voir finir quelqu’un ci-dessous, mais essentiellement en mal.

Finir avec quelqu’un : Lui régler son compte, au propre comme au figuré.

Finir quelqu’un : Lui faire le maximum qui puisse etre sur un point (bien ou mal) donné. Exemple: Il nous a fini au bar : il nous a fait boire comme des trous hier.

Goûte-moi : Fais-moi goûter.

J’attends depuis depuis : J’attends depuis très longtemps.

J’attends depuis fatigué : J’attends depuis très longtemps.

Je porte ma chaussure ça te serre Une façon de dire, « j’ai des problèmes et c’est toi qui te plains ».

Je sais moi que quoi?! : Ni une affirmation, ni une interrogation, un moyen d’exprimer son étonnement ou la distance que l’on prend par rapport à un fait qu’on nous rapporte ou au sujet duquel on nous interroge. « je n’en sais rien » ou « tu te rends compte?! » ou « tu as vu ça?! »…

Jeter l’air (la tête) : Perdre la raison, à force de refléchir. On dit alors que « la tête jette l’air ».

Il m’a lancé avec les cailloux : Il m’a lancé des cailloux.

Il se croit trop : il est très fanfaron, frimeur, il a trop de zèle, il se la pète comme on dirait en France.

J’ai vu ma tête aujourd’hui! : J’ai vu un truc incroyable.

La bouche qui mange ne parle pas: Une translation camerounaise du dicton « on ne crache pas dans la soupe ». En référence aussi aux membres du gouvernement qui ne peuvent critiquer l’administration, puisqu’après tout ils sont à la « mangeoire ».

Le Palu me menace : J’ai le paludisme.

Le gars là, il est franchement lourd! : Il a beaucoup d’argent.

Mettre en haut : 1. Donner des cadeaux ou de l’argent à quelqu’un, ce qui le rend enviable. 2. Plus généralement, complimenter, vanter les mérites quelqu’un auprès d’autres personnes.

Môf mi dé, Graf fo dé! : Bouge de là. Exemple : « Ah tu m’ennuies. Môf mi dé! »

Ne me dis pas ca! : c’est vrai? ah bon?!

On dit quoi ? : Quoi de neuf ?

On est ensemble! : A bientôt ! ! ! (quand on se quitte) – Très courant.

On est là! : ca va! (sans plus) – Très courant. Facon un peu lasse de répondre à celui qui demande des nouvelles.

On fait comment ? : Fonctionnaire qui vous demande un bakchich.

On monte, on descend : Quoi qu’il arrive (traduction littérale de plusieures langues camerounaises); expressions synonymes: fait quoi, fait quoi ou plus récemment Foumban-Foumbot

On se voit! : A bientôt ! ! ! (quand on se quitte).

…Ou bien?! : Après une déclaration, on invite son interlocuteur a approuver et confirmer du même coup qu’il n’existe pas d’autre solution. Autre variante suivant les cas: « nessa? », pour « n’est-ce pas? ».

Pardon, allons! : Il faut vraiment qu’on y aille (pressé). Le « pardon » marque l’insistance et peut accompagner toute demande.

Pars chez vous! : Rentre chez toi! courant lors des petites engueulades entre enfants.

Passe-moi : Laisse-moi passer

Patience hein! Assiah ! : Je suis désolé pour toi.

Pour moi quoi? : Je n’ai rien à voir avec le problème ou la situation exposée. Pour moi quoi là-dedans – ou sur ça-, comme dirait d’autre?

Prendre dans ma bouche : Me tenir responsable de certains propos. En général quand il est question que quelqu’un assume certains propos. En général on reprochera à l’interlocuteur de vouloir « prendre dans ma bouche ».

Prendre d’abord : Un tiens vaut mieux que tu auras. Dans beaucoup d’affaires, et meme dans les commerces, on ne manquera pas de se voir dire: « prends ca d’abord, on verra le reste après », surtout s’il s’agit d’un remboursement de prêt d’argent. En bon camfranglais et puis intime donc, ca se dira « Bon, tcha ca d’abord, on va niè le reste after ».

Prendre dans la bouche de quelqu’un : L’amener à dire ou faire une revélation, dévoiler un secret. Sans violence bien sur. On s’en défendra bien évidemment, en mettant au défi son interlocuteur: « Tu crois que tu vas prendre ça dans ma bouche?! » ou « Viens prendre dans ma bouche! ».

Prendre les pieds la route : Il faut que y aller.

Ne pas se prendre pour l’eau du ndolè : Déjà il faut savoir que le Ndolè est un légume qui a la particularité d’etre amer. Et quand on le lave, l’eau est donc du meme gout. Ne pas se prendre pour l’eau du Ndolè, c’est croire qu’on fait l’unanimité, c’est « ne pas se prendre pour de la merde » comme on dit ailleurs. A l’inverse on dira qu’il se prend pour le pape. La question reste la même: « il se prend pour qui? »

Qui fait, Dieu fait… : Si… (aussi simple).

Quitte derrière les problèmes! : Arrete de chercher des noises, de chercher la petite bête.

Quelqu’un reste sa part vient! : C’est presque un cri de détresse, face à un évènement – malheureux souvent – qui survient, un reproche que l’on se prend, une agression quelconque. Quelques rares fois, l’expression est aussi utilisée pour un évènement heureux, mais avec philosophie alors hein!

Sauter et caler en l’air : Au mécontent et à l’adversaire, en signe de défiance, et pour bien lui signifier son impuissance, on lui signifiera ainsi qu’il peut aller se faire voir ailleurs: « Si ca t’énerves, tu sautes et tu calles en l’air ».

Sinon? : Locution servant lors des salutations

Sortir des cartes à quelqu’un : Surprendre grandement, en bien ou en mal. Surtout en mal en général.

Taper la bouche : Parler sans que cela n’ait une quelconque influence ou crédibilité. Typiquement lorsque quelqu’un manifestera la prétention, lors d’une querelle, face à un quelconque objectif.

Taper le ventre de quelqu’un : Voir aussi prendre dans la bouche de quelqu’un. Ex: « Tape mon ventre, ça va sortir! »

Terminer le tableau : Rouler très vite, etre au top dans un domaine donner, faire le max..

Tu dis que quoi ? : Qu’est-ce que tu dis ?

Tu as même l’argent? : Est-ce que tu as l’argent?

Tu taxes à combien? : Quel est le prix annoncé? C’est une formule pour initier une discussion avec un marchand. On parle alors de « prix taxé » dans ces marchés là, par opposition aux magasins où les prix sont fixes..

Toi aussi! : Interpellation visant à signifier à quelqu’un qu’il pourrait laisser tomber une affaire (1), faire l’effort de comprendre un peu plus vite (2), etc.

Tomber en brousse ou Tomber au quartier: Disparaître de la circulation, se faire rare. En référence aux voleurs ou aux évadés qui disparaissent dans les dédales des quartiers après leur forfait. Ex: Je tchop ses do je tombe au quartier; il va me voir où?

Tomber sans glisser : Se dit quand quelqu’un se laisse ou se fait avoir, très facilement.

Ton pied, mon pied (Me na you) : Je te suis partout. Je ne te quitterai pas. utilisé quand on se dispute ou quand on attend quelque chose de quelqu’un.

Va chier au rail! ou Va mettre ta tête, le train passe: Fous le camp! Va te faire voir! Un message de défiance en somme. Et quand il s’agira d’une défiance dans une joute verbale, on utilisera plus souvent « Va dire! » ou « Allez dire! » (Pas besoin d’avoir en face plusieurs personnes; forme pluriel très usagée)

Visiter le carton : Aller aux putes, notamment chez celles situées à l’hôtel de ville de Yaoundé. Apparemment ça se fait sur les cartons, et gare à la police!

Source

———————————————————————————————————————————

Message à ceux qui connaissent le camfranglais : Le document n’est pas complet, mais il y’a beaucoup d’informations utiles. A vous de mettre à jour avec les nouvelles expressions et vos commentaires…N’hésitez pas

Message aux autres qui comme moi apprennent toujours ce français épicé : révisez vous ne serez pas déçus (fous rires garantis)

Bonne fin de week-end

Gazelle

Publicités

2 réflexions sur “Parler Camer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s