Installation # 3 : Le boulot

woman-writing

Hello tout le monde !

Alors dans la phase préparation je ne l’ai pas dit, mais outre le fait de faire des courses pour soi la phase « recherche de boulot » s’impose d’elle-même. Oui oui on ne peut pas tout plaquer et partir comme ça même si c’est pour le Cameroun son propre pays sans assurer ses arrières…

Et même si on a assez d’économie cela ne durera pas ad vitam eternam, sauf si on est vraiment trrrrrrès riche !

Si vous êtes étudiant pas de soucis, vous faites une recherche de boulot avant de revenir. Plusieurs pistes :

–          Salon de recrutement pour l’Afrique (il y’en a à foison en Europe) je ne sais pas pour l’Amérique

–          Postuler sur le net sur les sites de recrutement

–          Envoyer son CV directement de là où on se trouve (ça fait sérieux) au DRH de la boite qu’on vise (ça flatte l’égo)

–          Etc….

Et pour sûr on vous rappelle ou du moins on vous répond. S’il y’a des pistes de boulot sûr ou pas vous revenez, même si rien n’est encore signé. Le travail est rare mais il y’en a au pays.

De par ma petite expérience on arrive à se caser avec un diplôme étranger en moins de 6 mois. Le temps peut être plus long si vous venez vraiment d’un coin perdu du monde du genre un coin paumé en Sibérie ou que vous aviez fait des études pour lesquelles on a des compétences également au bled (du genre médecine). Dans ce cas la concurrence est rude et à moins que vous ayez des relations il faut vous démarquer par des expériences du genre « j’ai bouloté à mbeng », ou « j’ai fait un stage dans tel ou tel boite ».

Pour les branches telle que informatique, esthétisme, haute couture, journalisme etc… il faut s’armer de courage et faire vraiment jouer ses relations, sinon avoir des pistes vraiment solides avant de débarquer avec ses valises définitivement.

Même si vous squattez au début chez les parents il n’y a pas de problèmes. Je vous parle en connaissance de cause, j’ai déjà fait un retour au pays (que je pensais définitif) il y’a quelques années, je l’ai fait à la fin de mes études et j’ai osé oui oui revenir au pays ! Et heureusement, je ne l’ai jamais regretté.

Alors si comme moi vous avez une famille à nourrir pas question de prendre le risque, on ne revient plus squatter chez les parents : d’ailleurs ceux ci vous renverront illico presto dans le pays d’où vous venez vous disant que vous êtes fou ou que l’on vous a attaché au village pour que vous reveniez

Nan, on revient bien préparé. D’ailleurs dans son pays ou ailleurs il faut avoir un boulot sûr si on a une famille à nourrir. La recherche de boulot passe par les mêmes relais que lorsque l’on est étudiant sauf que là on précise que l’on a de l’expérience (bien entendu si c’est vrai) et que l’on ne recherche pas un poste de débutant.

Un truc important néanmoins, ne rêver pas gagner le même salaire que là d’où vous venez, sauf si vous décrochez quelque chose dans le pétrole, l’extraction de minerais ou une multinationale. Revoyez votre salaire à la baisse mais pas trop bas quand même ! Le niveau de vie au pays est assez élevé. Si vous revenez en famille pensez qu’il vous faut au moins une des 2 personnes du couple qui doit travailler du moins au début. Et surtout après le boulot pensez à où vous allez être : rappelez vous on ne squatte plus chez les parents quand on a sa petite famille. On peut faire un voyage éclair avant le grand retour pour s’installer pour par exemple vérifier le coin où on posera ses valises, trouver une maison, inscrire les enfants à l’école, voir pour une voiture et prévoir ce que l’on va ramener avec soi ou dans un conteneur…

Pour moi tout s’est fait en quelques mois et cela a été rapide dès que la décision d’aller au soleil a été prise : recherche de boulot, déménagement etc…. Et voila on est là au Cameroun !

Actuellement je suis à la maison : encore en congé maternité (eh oui je joue les prolongations), donc vous l’aurez compris dans le couple c’est Amour qui travaille. Je vous donne un indice en photo pour le coin où nous nous trouvons.

sweet home3

J’ai quitté la région parisienne pas pour une autre capitale : cela aurait été trop beau ! Mais pour un coin de terre dans le littoral pour ne pas dire pour un petit village. La prochaine fois vous aurez des photos de ma petite maison dans la prairieje sais je positive beaucoup mais que voulez vous pas de déprime sinon je plie les bagages illico presto on assure aussi ses arrières pour le retour en sens inverse mais ça c’est une autre histoire hein ?

Alors vous devinez où je me trouve ? Si oui laissez des commentaires…

Gazelle

ps : ce n’est pas moi sur la photo au cas où vous vous poseriez la question, je ne suis pas aussi belle 🙂 je suis magnifique comparée à ce mannequin 🙂

Publicités

3 réflexions sur “Installation # 3 : Le boulot

  1. effectivement c’est dans les plantations de plantain de Njombe-Penja

    C’est cool que tu exposes les réalités du pays aux autres qui pensent revenir surtout au niveau d cout de la vie et des prétentions salariales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s